LOG SUP DE CO-web

Groupe Sup de Co
la Rochelle

Création en 1988
7 Filières d'enseignement supérieur au management
4 accréditations et certifications internationales :
13 accréditations et certifications nationales :
3100 étudiants sur le campus, dont 650 étudiants internationaux (soit 21%)
10.028 diplômés
102 Professeurs permanents dont 27% de nationalité étrangère
137 partenaires académiques répartis dans 35 pays
21 doubles diplômes (avec des universités françaises et internationales)
2 centres d'expertise (RSE et Tourisme) regroupant 6 chaires d'entreprises.

 

 
 

Un membre à l'honneur : Daniel Peyron

La formation Case, issue de l'Ecole Sup de Co, est basée sur les mêmes postulats, à savoir une formation originale qui passe par la connaissance et l'expérience.

Le secteur du transport et de la logistique est en pleine mutation. On est entré dans une ère qui va de plus en plus valoriser l'économie circulaire, l'économie collaborative ; ce qui à mon sens renforce l'importance de la multimodalité.

Case est au cœur de cette économie circulaire en passe d'émerger ; ce qui est vrai pour Sup de Co l'est aussi pour Case : notre principal objectif est l'employabilité de nos étudiants. Cela signifie que nous devons nous-mêmes être en veille permanente sur les nouveaux métiers. Ces nouveaux métiers signifient de nouvelles fonctions, de nouveaux secteurs d'activité. En conséquence, il ne suffit plus de connaître le marketing ou le commercial, il faut aussi être capable de parler environnement, fiscalité, RSE, etc.

En fait, on s'aperçoit que la Transition énergétique va générer, avec son nouveau mix énergétique, des profils de diplômés à spectre bien plus large. Il faudra, de plus en plus

mobiliser des compétences à la fois liées au Management et aux technologies. Et l'on se doit, dès maintenant, d'anticiper cette situation nouvelle.

D'ailleurs au sein de Sup de Co, nous sommes  en train d'imaginer la création d'une chaire multi-entreprises sur l'économie circulaire. La concrétisation de ce projet trouverait parfaitement sa place notamment dans le réseau portuaire.

Dans notre société, cette question de la multimodalité est indirectement très présente : On nous parle des qualités "propres" de l'énergie électrique, mais qu'en est-il vraiment... Cependant force est de constater qu'aujourd'hui la question de l'énergie propre n'est pas complétement posée, c'est une question qui va évoluer. Et tous ceux qui aujourd'hui s'intéressent ou participent au développement du multimodal, y réfléchissent : cet enjeu tend à devenir de plus en plus stratégique car doivent se conjuguer des critères de coûts, d'environnement et de délais.

Une partie de ces questions est en train de se jouer avec la COP 21 qui se déroulera à Paris cet automne. Mais attention, car même si le pouvoir des Etats est très important, il reste limité par rapport à celui des lobbies américains et du pétrole.

Les accords régionaux, les dynamiques régionales ont une belle carte à jouer notamment en terme de transport... L'évolution des mentalités, et en particulier la prise de conscience des jeunes générations vers plus de respect de l'environnement et d'éco-citoyenneté va profondément faire bouger les lignes. C'est pourquoi l'éducation et la pédagogie sont centrales. Il est donc pour moi évident que notre école a un rôle très important à jouer dans la prise de conscience environnementale et dans les questions liées à la Transition Energétique, vitale pour l'Humanité.

Cela est déjà très sensible dans l'économie du tourisme qui fait de l'empreinte carbone un cheval de bataille. Doucement on se dirige vers un tourisme plus respectueux des populations locales, des territoires...

Puisse-t-il en être de même pour le transport à pas trop longue échéance...

Personnellement, je pense que le maritime et le fluvial ont de très beaux jours devant eux. Il est vrai que les réglementations sont de plus en plus contraignantes, d'où la nécessité de formations in situ ; les questions environnementales prévalent et les ports sont désormais conscients de leur rôle fédérateur auprès des entreprises portuaires et des autres partenaires.